Tsunami d’amendes avec la mise en fonction des radars-tronçons

Dans de nombreuses villes, les amendes pour excès de vitesse affluent en raison de l’activation complète des dispositifs de radars-tronçons ainsi que de la suppression des panneaux d’avertissement. De ce fait, de nombreux conducteurs se font piéger, et ce plusieurs fois au même endroit.

Ce n’est pas faute d’avoir prévenu : tous les médias ont relayé la mise en fonction de nouvelles zones de radars-tronçons sur les routes belges. Ce système mesure la vitesse moyenne d’un véhicule sur une distance donnée et non une vitesse à un point fixe précis comme c’est le cas pour un radar traditionnel. Et manifestement, cette nouvelle manière de faire peut parfois causer des surprises.

Ces dernières semaines, de nouvelles zones de mesure ont été activées sur des routes régionales, et ce, 24 heures sur 24 alors qu’auparavant, la mise en fonction était sporadique. Toutefois, la police fédérale qui en est pourtant responsable n’a pas informé les villes de ce changement. Résultat : un véritable raz-de-marée d’amendes dans certaines régions et qui ne manque pas de susciter de nombreuses réactions.

« Chaque fois que nous, autorités locales, introduisons un nouveau radar ou un radar- tronçon, c’est toujours précédé d’une large campagne de communication » a expliqué le bourgmestre de Kinrooi Jo Brouns (CD&V) à Het Nieuwsblad. « Notre objectif est de faire en sorte que les gens conduisent moins vite, pas de leur donner des amendes. En activant sans rien dire les radars et en retirant les panneaux, vous ne faites que créer de la frustration et de l’incompréhension » a-t-il ajouté.

Les panneaux d’avertissement des radars-tronçons ont récemment été retirés à de nombreux endroits par l’Agence pour les routes et le trafic (AWV) afin d’éviter l’excès de signalisation et donc améliorer la lisibilité sur les routes régionales. Les personnes qui ne connaissent pas bien les routes peuvent donc être surprises par la limitation de vitesse.

Cela dit, nul n’est censé ignorer la loi et il revient à chaque usager de respecter les limitations de vitesse. Soulignons pour ce cas particulier que des applications telles que Waze ou Coyote peuvent constituer de grandes aides dans ce domaine.

La grogne qui règne parmi les automobilistes découle aussi du fait que les amendes ont été envoyées environ deux semaines après l’infraction. Ce qui signifie que les contrevenants n’ont pas été immédiatement conscients de leur erreur. Ainsi, plusieurs personnes ont déjà reçu deux ou trois amendes pour un léger dépassement de la limite de vitesse (72 ou 73 km/h au lieu de 70 km/h) et elles craignent naturellement que d’autres suivent. Un conducteur a même récolté 11 amendes à lui seul. Pas de chance !

Où se trouvent les radars-tronçons ?       

En Flandre, 225 radars-tronçons sont prévus et un grand nombre d’entre eux a déjà été activé. Les autres seront déployés dans les mois à venir. En Wallonie, la mise en fonction est un peu plus lente et le réseau est aussi moins dense avec seulement 25 radars-tronçons prévus et donc une partie doit encore être mise en service.

Pour localiser tous les radars-tronçons en Flandre :

wegenenverkeer.be/controles/snelheidscontroles/trajectcontroles

Pour localiser tous les radars-tronçons en Wallonie :

www.wallonie.be/fr/actualites/nouveaux-radars-troncon-sur-les-routes-de-wallonie

Radars tronçon sur les routes de Wallonie

De nouveaux radars tronçons feront progressivement leur apparition sur le territoire wallon. Les radars tronçon permettent de détecter les excès de vitesse avérés, sur une distance d’au moins 500 m (minimum requis pour l’homologation).

En Wallonie, 1 seul radar tronçon est actuellement installé dans le tunnel sous Cointe, du côté de Liège. 24 nouveaux seront prochainement installés sur les routes wallonnes.

Principe du fonctionnement d’un radar tronçon

Le passage du véhicule est enregistré grâce à des caméras ANPR (capable de reconnaître les plaques d’immatriculation) sur un tronçon de route déterminé. Il y a une caméra ANPR à l’entrée et une caméra à la sortie. Ces enregistrements permettent de calculer la vitesse moyenne sur le trajet concerné.

Le SPW Mobilité prend en charge l’installation de l’infrastructure et procède aux raccordements au réseau de fibre optique pour la transmission des données. C’est la Police de la route qui, depuis le Centre de traitement régional logé à Perex, traitera les données récoltées et sanctionnera les usagers en faute selon les modalités définies par leurs soins (parquet, etc.).

Où sont placés ces radars-tronçons ?

Sur des tronçons considérés comme accidentogènes, c’est-à-dire les endroits où il se produit un nombre élevé d’accidents en raison de la vitesse excessive. Ces endroits ont été définis en concertation avec les zones de police. Un autre critère concerne la faisabilité technique (tronçon continu de minimum 500 m, etc.) :

  • Namur, avenue Jean-Ier (Nationale 966 qui monte à la Citadelle, entre la borne kilométrique B) 1,3 et la BK 1,8 : depuis Novembre 2019
  • Beloeil/Leuze-en-Hainaut : chaussée de Brunehaut (Nationale 527 sur Quevaucamps ; depuis Novembre 2019
  • Beloeil/Leuze-en-Hainaut : chaussée de Brunehaut (Nationale 527 sur Ellignies-sainte-Anne) : depuis Novembre 2019
  • Comines-Warneton : Nationale 58 ; Nivelles-Genappe : Nationale 25 entre les BK 33 et 36 : depuis Novembre 2019
  • Pepinster : Nationale 666 route Pepinster-Banneux-Sprimont : depuis janvier 2020
  • N971 vallée de la Molignée (Maredsous) : depuis début 2020.
  • N948 traversée de Loyers (Dinant) : depuis début 2020

En tout, ce seront au minimum 25 radars tronçon qui seront installés sur les routes de Wallonie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s